La dimension sociale et unitive du repas est l'un des aspects fondamentaux de la compréhension de la cène dans le protestantisme évangélique. Les contraintes imposées par la crise de la Covid-19 ont également posé des questions au sein des Églises évangéliques.

S'il est naturel pour les animaux de manger, il est proprement humain de faire communion autour d'un repas. En effet, dans la plupart des cultures, le repas possède une très forte valeur symbolique : il est signe de partage, de solidarité, d'amitié, de fraternité, d'union entre les commensaux. Il ne s'agit certes pas d'idéaliser les repas : quand la routine s'installe, les aspects « communionnels » tendent à s'émousser. Certains repas sont rapidement expédiés, d'autres peuvent être l'occasion de disputes. Mais, dans certains cas (comme les repas familiaux à l'occasion de Noël, du jour de l'An, de la fête des mères ou des pères, etc.), ils sont préparés minutieusement et longtemps à l'avance. On sait qu'ils représentent des moments forts pour les participants et que bien des choses peuvent s'y passer.

La Bible témoigne de la place importante qu'occupaient les repas dans la société juive. Les évangiles relatent plusieurs épisodes de repas que Jésus a partagés avec différentes personnes. Le cas emblématique est probablement celui de Zachée qui a suivi un beau cheminement de conversion, à l'occasion d'un repas pris avec Jésus (Lc 19, 1-10)1. Le dernier repas de Jésus avec ses disciples est particulièrement mis en évidence dans les évangiles. À cette occasion, Jésus a, par un geste prophétique symbolique, désigné le sens de sa mort prochaine en instituant un repas communautaire (Lc 22, 20).

Du « repas communautaire » au « culte » chrétien

Dans l'Église primitive, la cène était insérée dans les agapes2 des communautés chrétiennes. Paul fournit quelques éléments du déroulement du repas de l'Église de Corinthe (1 Co 10 et 11)3. Ce dîner était probablement suivi d'une rencontre de la communauté, telle que décrite aux chapitres 12 à 14 de la même épître. Mais, plus tard, la cène a été détachée des agapes de l'Église pour devenir un élément du culte chrétien....


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.