La Bible offre aussi un regard sans complaisance sur les humains. À travers ses récits, elle permet de mettre en évidence des mécanismes d'abus de pouvoir, conscients ou non…
 

Lorsqu'il s'agit d'exercer une emprise sur autrui, les humains disposent de ressources aussi multiples que subtiles, dont la perversité s'avancera masquée si leur activation reste inaperçue, plus encore si elle est mue par la conviction de bien faire. Et puisque la Bible est faite (aussi) d'un regard sans complaisance sur les humains, elle offre – notamment dans ses récits – bien des exemples de ces comportements, qu'il est permis de lire comme autant d'invitations à la lucidité vis-à-vis de soi-même et des dynamiques dans lesquelles on se trouve engagé. C'est que les récits ont cette faculté de mettre à nu logiques et mécanismes qui, dans le concret de la vie, passent si souvent inaperçus.

 

Des gens de pouvoir

Le roi Achab possède un palais de plaisance près de la ville de Yizréel. Il lorgne sur une vigne qui jouxte son domaine : il se verrait bien en faire un potager. Il approche le propriétaire, Naboth, et lui propose un marché intéressant : en échange de sa vigne, il lui en donnera une meilleure ou, s'il préfère, le prix de celle-ci. Mais, voilà : Naboth n'a pas les mains libres. La loi lui interdit de céder les biens fonciers qu'il a reçus de Dieu lorsqu'il en a hérité de ses pères et qu'il devra léguer à ses héritiers. Accepter, dit-il au roi, reviendrait à être sacrilège. Achab s'en va donc, profondément contrarié par ce refus justifié par la tradition du peuple dont il est le roi. Rentré chez lui, il se couche, se met à bouder, refuse de manger. Sa femme Jézabel vient le voir et demande ce qui ne va pas. (La reine – il faut le préciser – est une maîtresse femme. Fille du roi de Sidon, adepte du dieu Baal, elle a montré de quoi elle est capable en tuant les prophètes du dieu d'Israël, Yhwh, et en menaçant du même sort le prophète Élie [voir 1 R 16,31 ; 18,4 ; 19,2].) Lorsqu'Achab lui apprend qu'il est mal parce que Naboth lui a dit, apparemment sans raison : « Je ne te donnerai pas ma vigne », elle se moque de lui, roi sans poigne qui se laisse faire par un simple citoyen. Elle va prendre les choses en main, dit-elle, et lui mo...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.