Après Pierre Teilhard de Chardin et en compagnie de Henri de Lubac, Karl Rahner et Bernard Lonergan, Michel de Certeau est l’un des cinq jésuites les plus marquants du XXe siècle ; ceux du moins qui continuent à faire écrire sur eux dans le monde entier. Trente ans après sa disparition, son existence de jésuite, pour brève qu’elle ait été (trente-six ans), laisse une trace singulière. Ce n’est pas seulement une pensée qui s’est déposée dans son oeuvre, mais aussi, un peu comme dans le cas...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.