Depuis quelques années, la méditation connaît un succès considérable tout en s'affranchissant de toute référence aux traditions religieuses qui la fondaient et la portaient jusque-là. Méditer se présente bien souvent comme un chemin de guérison et de découverte apaisée de soi. Dans les grandes traditions spirituelles, ainsi que dans les pratiques « laïques » actuelles, l'accent est placé sur des attitudes corporelles et des techniques qui contribuent à nourrir une vie intérieure où se recueillent sensations et émotions, et où se fondent les sentiments les plus profonds. C'est comme une redécouverte de la valeur insigne d'un temps consacré à descendre en soi-même, à s'abandonner à la « chose » contemplée, pour renaître à l'environnement avec davantage de présence, d'écoute et d'attention. Car, au-delà d'une quête de soi, la méditation est aussi recherchée en ce qu'elle nourrit la relation au monde et aux autres.

Pratiquées aujourd'hui hors de toute appartenance à l'une ou l'autre confession, les méthodes de méditation puisent malgré tout dans les traditions spirituelles et religieuses anciennes, fortes de la transmission de leurs pratiques ancestrales. En effet, leur expérience de la prière et de la méditation demeure indispensable pour accompagner les personnes qui s'éveillent à la vie intérieure. Le regard d'un maître les aidera à reconnaître ce qui se passe et retentit en elles ; la personne expérimentée qui peut initier leur apprendra à regarder et à écouter, à nommer, à comprendre et surtout à durer.

Reste une question décisive : dans les trois grandes religions monothéistes, la méditation est le lieu d'une rencontre de la personne avec un Dieu qui demeure pourtant caché (mystique), mais qui guide l'homme sur un chemin de vie, d'alliance avec Lui. Un Dieu qui est reconnu comme la source du Salut. Ici, méditer permet la croissance de la foi et de l'amour, et dépasse la seule expérience d'un goût intérieur. Il s'agit d'entrer en relation avec un Autre présent absent qui se donne à travers la joie, la paix et le réconfort, mais aussi à travers l'épreuve et la sécheresse.