Avant Vatican II, les laïcs pratiquaient leur religion ; les clercs et les religieux pratiquaient leur vie spirituelle. Le concile a transformé cela radicalement : les laïcs sont appelés à vivre la sainteté baptismale dans la vie quotidienne ; les religieux doivent trouver comment leur spiritualité informe la vie consacrée à la fin de la modernité. Les chrétiens adultes aimeraient approfondir leur vie religieuse et un grand nombre sont désireux de partager les traditions de spiritualité de l'Eglise. Beaucoup de laïcs pratiquent l'oraison mentale. En raison de ces développements, les retraites et les exercices spirituels ont pris de nombreuses formes et sont sortis des monastères et des maisons de retraites pour pénétrer dans les paroisses et les foyers. Avant le concile, les Exercices spirituels constituaient la norme pour les retraites. Aujourd'hui, beaucoup d'activités appelées « Exercices spirituels » sont loin d'être ignatiennes.
Les jésuites n'ont jamais oublié combien les Exercices sont centraux dans notre vie, en partie parce que la 6' congrégation générale a décrété la retraite annuelle. En 1938, la 28' congrégation a demandé que nous demeurions fidèles au Directoire officiel et que le Père général fasse quelque chose pour adapter les Exercices aux temps présents. En 1966, la 31' congrégation a décrété une retraite dirigée pour les scolastiques, un abandon du formalisme, une formation spéciale pour les Exercices et l'établissement de centres spirituels. Toutes les congrégations, par la suite, ont souligné le caractère central des Exercices par rapport à notre identité et à noue ministère 1. Les Exercices spirituels appartiennent à l'Eglise, non à la Compagnie, qui n'en est pas moins chargée de sauvegarder leur pratique authentique.
 

L'explosion des retraites et des Exercices


La 32' congrégation, en 1975, a constaté « le remarquable renouveau qui se produit de nos jours dans la présentation et la pratique des Exercices ». Bien des choses se sont produites depuis :
• La retraite de trente jours suit aujourd'hui la dynamique ou la pédagogie véritable des Exercices, façonnée par un siècle d'études et une génération de pratique. Un nombre plus important que jamais de religieux les réclament, et beaucoup de diocèses y envoient des ordinands Ils sont chose commune maintenant chez les laies, même non catholiques. Ils se font habituellement dans un centre spirituel (pas nécessairement jésuite), avec un accompagnement personnel au sein d'un groupe. Les façons de procéder diffèrent ; par exemple, les « points » quotidiens dans les pays méditerranéens et en Inde ; l'accompagnement par des femmes en Europe septentrionale et en Amérique du Nord. Certaines maisons jésuites comptent moins de retraitants de trente jours, mais la plupart en ont plus que par le passé (Varèse, en Italie, organisent par exemple trois retraites par an).
• Les « Exe...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.