Il y a six ans, lors d'une retraite de huit jours, dans laquelle j'étais engagée comme accompagnatrice, mon superviseur me rendit vigilante envers la disponibilité intérieure, attitude d'écoute comme celle du serviteur d'Is 50 « Il éveille chaque matin, il éveille mon oreille pour que j'écoute comme un disciple » Pour cela, il me suggérait de prendre, a un rythme régulier, des temps de silence et de solitude Cette proposition me parut tout de suite juste, comme porteuse de sens et de vie, mêm...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.