La redécouverte d'une manière renouvelée de donner et de faire les Exercices est liée à un renouvellement du rapport au texte. Ce sera l'axe de cette communication. En partant d'une brève présentation de l'expérience d'un homme de ma génération, elle conduira à montrer que le rapport au texte est le lieu d'une légitimation théorique d'une pratique, lieu d'invention qui appelle vérification. Si bien que le texte se met à vivre : il est en instance de traduction, c'est-à-dire d'interprétation.

L'expérience d'un jésuite de ma génération


Regardons, de mon point de vue, un aspect de ce qu'a pu vivre un jésuite de ma génération entre les années 1950 et 1975.
• 1949 : les trente jours d'Exercices au début du noviciat, vécu avec grand sérieux et fruit. Il y a pourtant des rigidités. Par exemple : les novices (trois par chambre) prient à genoux sur un petit banc de prière, accoudés à la table de travail. Au bout d'une demi-heure, l'ancien de chambre fait un signe : tous en même temps s'assoient sur leur chaise. Un quart d'heure : autre signal et de nouveau à genoux pour achever le temps de l'oraison. Le Père maître n'en commente pas moins, imperturbable, la quatrième remarque additionnelle d'Ignace (n° 76). Elle précise que chacun cherchera en tâtonnant la pause qui convient pour la prière, puis la gardera tant qu'il est satisfait et se remettra en recherche quand il ne l'est plus.
• Notre formation philosophique sera principalement fondée sur la lecture de textes de grands auteurs. Elle débouchera sur la lecture dès sa parution — on en parlait déjà avant — de La dialectique des Exercices de Gaston Fessard. Lecture fondatrice : validité philosophique de l'expérience spirituelle, présentée sur le registre intellectuel technique de la philosophie sans cesser d'être expérience
• Pendant les études théologiques (début de Vatican II) s'amorce aussi une libération pour la prière. Les retraites données aux jeunes jésuites se distancient peu à peu de la prédication... Le mouvement connaîtra son accomplissement au troisième an de 1965-66, au lendemain de la 31e Congrégation générale. Les trente jours d'Exercices sont individuellement guidés par le P. Goussault, instructeur succédant à un père profondément spirituel mais grand discoureur. Un quart d'heure de présentation chaque jour ; le P. Goussault visite personnellement chaque tertiaire tous les deux jours.
• Le mouvement de franchissement de la barrière qui sépare l'intellectuel et le spirituel continue. L'investissement académique d'une...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.