C’est toujours un moment d'émotion simple lorsque, par une belle nuit d'été, sous un ciel sans nuages et sans lune, nous pouvons contempler les millions d'étoiles en pensant au regard d'Abraham. « Le Seigneur conduisit Abraham dehors. Il lui dit : "Lève les yeux au ciel et dénombre les étoiles si tu peux les dénombrer" » (Gn 15,5). Les étoiles sont toujours là. La promesse a été tenue. Dans la foi, nous en sommes les bénéficiaires : « Telle sera ta postérité ! »
D'ailleurs, la réalité a dépassé la promesse. Issu de la terre, c'est en même temps du ciel qu'est venu le Royaume : « En Christ, toutes les promesses de Dieu ont dit leur "oui" » (2 Co 1,20). C'est en Lui que sont advenus les deux nouveaux et la nouvelle terre. C'est lui le temple de l'Alliance nouvelle. « Après la loi communiquée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ » (Jn 1,17). Il a accompli la loi et la promesse.


ENTRE DÉJÀ LÀ ET PAS ENCORE


Tout au long des textes que sont « la loi, les prophètes et les psaumes », on discerne bien cette lente progression vers la venue du Royaume qui sera inauguré < en Jésus, le Verbe fait chair. C'est toute l'histoire chaotique de la première Alliance. Le peuple qui marche dans les ténèbres n'en finit pas de tendre vers la lumière. Il est lent à quitter la servitude où l'enferment les idoles pour se mettre au service de celui qui veut le libérer en vérité. En fait, en tant que peuple, il n'y parviendra jamais complètement. Seuls quelques justes ont réalisé ce que pouvait signifier la justesse d'une loi inscrite dans des coeurs de chair. L'auteur de la Lettre aux Hébreux les salue avec admiration :

« C'est dans la foi qu'ils sont tous morts sans avoir connu la réalisation des promesses ; mais ils l'avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs. Or, parler ainsi, c'est montrer clairement qu'on est à la recherche d'une patrie... En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure, celle des deux. Et Dieu n'a pas refusé d'être invoqué comme leur Dieu, puisqu'il leur a préparé une cité céleste » (11,13-14.16).

Cette cité céleste est le Royaume de Dieu. En Christ, c'est l'avènement de ce royaume qui se réalise : « Les temps sont accomplis, le Règne de Dieu est tout proche » (Me 1,5). Le Royaume que le peuple de Dieu attendait : « Le voici. Il est là parmi vous » (Le 17,21). Le Christ le révèle par sa présence même. C'est l'inattendu du mystère de l'Incarnation. Ce qui est paradoxal, c'est que s'il est vraiment là, déjà là, il est encore à venir. Même au coeur de l'Alliance nouvelle, la promesse réalisée sera toujours en tension ou en devenir. Saint Augustin l'a exprimé d'une façon si juste qu'elle rejoint toujours nos propres expériences : « Tu nous as faits pour toi, Seigneur, et notre coeur est sans repos jusqu'à ce qu'il se repose en toi » 1.
« Grain de sénevé », ce Royau...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.