La répétition ne s'oppose pas à la nouveauté, qui peut émerger dans une existence de façon progressive et inattendue. La répétition porte en elle un fruit qui donne saveur à la vie. La Bible en témoigne de part en part, la poésie et l'art aussi.

Léon Bloy déclarait à l'un de ses amis, Henry de Groux :

Vous n'avez pas la notion de la durée, et c'est extrêmement grave. Les heures ne se ressemblent pas, les jours non plus. Il existe entre chaque heure du jour, et chaque jour de la semaine, une différence absolue, essentielle, divine.
Exemple. D'après la Genèse, le Lundi appartient à la Lumière ; le Mardi, au Ciel ; le Mercredi, à la Terre, à la Mer et aux Végétaux ; le Jeudi, aux Astres ; le Vendredi, aux Poissons, Reptiles et Volatiles ; le Samedi, aux Bêtes et à l'Homme ; le Dimanche, au Repos du Seigneur.
Je suis persuadé qu'un tableau analogue pourrait être établi pour chacune des heures du jour ou de la nuit, pour chacun des mois de l'année, et pour chacune des années d'un siècle1.

À en croire Léon Bloy, la répétition ne serait qu'une apparence dans la succession des heures, des jours, des mois, des années ; ceux-ci seraient en fait séparés les uns des autres par une « différence absolue, essentielle ». Bloy prend comme exemple les sept jours de la Création d'après la Genèse (qu'il fait coïncider avec les jours de la semaine romaine), jours distingués de façon « absolue » par leur contenu : les êtres différents créés à chaque étape de l'action divine. Cette conception originale de la durée est caractéristique du tempérament, de la vision et du talent de l'auteur qui s'attache de préférence à l'exceptionnel, discerné prophétiquement dans les événements ou les destinées.

Dans la lecture qu'il fait du premier chapitre de la Genèse, il omet cependant un élément qui relève bel et bien de la répétition, le refrain scandant les sept étapes de la Création : « Il y eut un soir, il y eut un matin : ce fut le premier [le deuxième, le troisième, etc.] jour… » En négligeant cet élément, Bloy réduit ce chapitre à un pur récit, alors qu'il est en même temps un poème. La poésie, on le sait, se fonde précisément sur un jeu de répétitions, le retour (versus) des mêmes rythmes, des mêmes sonorités, des...


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.