C’était un dimanche de décembre, le premier après le début des vacances de Noël, le dernier avant le 25 décembre. Je me trouvais au premier étage du Palazzo Centrale, en face de mon bureau, et, me penchant, je regardais le grand espace du rez-de-chaussée appelé « atrium » : durant l’année universitaire, il est le lieu où les étudiants se retrouvent, un espace qui nous rappelle que les étudiants sont la raison d’être d’une université... le lieu de leur présence et de leurs voix entre deux cour...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.