Depuis l’assemblée de Medellín, en 1968, parler des pauvres, dans la tradition théologique latino-américaine, est considéré comme un lieu herméneutique privilégié. Pour comprendre correctement cette affirmation, qui peut paraître encore surprenante à certains, il suffit de rappeler que dès le XVIe siècle, le théologien Melchor Cano (1509-1560), dans son célèbre traité sur les lieux théologiques (Loci theologici), faisait une distinction entre lieux théologiques majeurs ou fondamentaux (l’Écriture, la Tradition qui exprime le sens de la foi de l’Église interprétée par les conciles, le magistère et les théologiens) et lieux théologiques complémentaires ou dérivés (la raison naturelle, la philosophie et les événements historiques). Au cours du temps, ces lieux théologiques complémentaires ont pris de plus en plus de relief et d’épaisseur : la liturgie, l’art et les icônes, les Églises locales, les signes des temps. Et, en Amérique latine, les pauvres.
 

Mémoire d’un parcours


Il ne s’agit pas, dans le cas de l’Amérique Latine, de substituer les lieux théologiques fondamentaux aux lieux complémentaires, mais d’interpréter la foi de l’Église à partir de ce lieu herméneutique privilégié que sont les pauvres. Nous ne souhaitons pas canoniser le pauvre comme un universel négatif marxiste, mais élaborer une lecture théologique de l’Écriture. Les pauvres sont des pécheurs, comme nous tous, mais en tant qu’opprimés ils sont l’objet de l’amour et de la bienveillance divine. Le fondement de cette priorité n’est donc pas anthropologique – la sainteté du pauvre – mais théo­logique : nous nous appuyons sur le coeur tendre et compatissant du Seigneur qui ne veut pas voir souffrir l’humanité, et s’indigne devant l’injustice qui provoque la pauvreté et rompt son projet de vie pour tous : le Royaume de Dieu.
L’Exode, la praxis évangélique de Jésus de Nazareth et son iden­tification avec les pauvres dans la parabole du Jugement final (Mt 25,31-46) fondent ce lieu privilégié des pauvres dans l’Église et la théologie. Leur situation de victimes nous déplace et nous appelle à la conversion et à la solidarité. Ce sont les crucifiés de ce monde qu’il faut descendre de la croix. Ce sont les vicaires du Christ, selon l’expression médiévale.
Les assemblées de Medellín et de Puebla comme les théologiens de la Libération ont tenté de lire la foi de l’Église à partir des pauvres. Cela nous a conduits à la méthode du voir, juger et agir, à l’utilisation des médiations des analyses sociales, herméneutiques et pratiques, qui a entraîné l’option préférentielle pour les pauvres, dont Benoît XVI lui-même a affirmé qu’elle est implicite dans notre foi chris­tologique 1. Cette option, formulée à partir de l’Église d’Amérique Latine, est devenue aujourd’hui un patrimoine de l’Église universelle, comme Jean-Paul II l’a également exprimé 2.
Ces derniers temps, en Amé...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.