Si la création occupe dans l'Ancien Testament une place centrale, à l'instar de l'histoire, c'est surtout en Gn 1-11, Is 45-56, en de nombreux psaumes et en certains passages de Job ou de Proverbes, que le thème acquiert une certaine ampleur. Or, trop souvent, on ramène la création aux seuls récits de Gn 1-3, amputant ainsi sérieusement la richesse du donné biblique. Chaque présentation véhicule des schèmes de pensée différents, et la création ne joue pas le même rôle dans chacun d'eux. C'est donc à partir de l'ensemble des textes qu'on pourra élaborer une théologie de la création. Mais, dans le contexte scientifique de notre époque, une question préalable doit être précisée. En effet, comment s'approprier ces conceptions d'un autre âge sans être en porte-à-faux avec les informations fournies par les scientifiques ? Cerner cette notion de création dans l'Ancien Testament en contrepoint de l'approche scientifique moderne avant d'en saisir la synthèse harmonique, telle sera notre démarche.
 

CRÉATION ET VISION SCIENTIFIQUE


Qu'entend-on au juste par « création » quand il s'agit de l'Ancien Testament ? Trop souvent, nous projetons sur la Bible des idées qui nous viennent du monde grec ou de la tradition chrétienne telles que « création ex nihilo », « création continuée », sans parler des concordismes en tous genres qui essaient d'accommoder la Bible à la science moderne ou de mettre ces deux « univers » sur le même plan 1. Ceux-ci visent l'émergence du monde, mais selon une logique propre et parfois, sur trois points essentiels, aux allures antagonistes (le processus ou l'origine, le produit fini et la manière d'en parler), avec des points de vue différents.
 

L'origine
 

« le discours sdentifique refuse, par principe, qu'un objet quelconque puisse surgir ex nihilo, sous l'effet d'un acte échappant aux lois ordinaires de la nature. La genèse (cosmogenèse, biogenèse ou anthropogenèse) ne peut êtte conçue sous la forme d'une création.
La genèse sera donc conçue plutôt sous la forme d'une production, c'est-à-dire d'une transformation d'une matière préexistante par l'apparition de forces physiques conformément aux lois ordinaires de la nature... Toutefois, producteur et instruments de production n'étant pas, dans ce cas, distincts du produit en gestation, c'est, à proprement parler, d'une évolution qu'il s'agit. »

Tels sont les propos de François Foulatier qui note au passage : « On peut même supposer qu'une des fonctions du discours scientifique, appliqué aux problèmes d'origine, est de disqualifier l'idée de création » 2. Les deux ne racontent plus la Gloire de Dieu ; ils ne parlent que d'eux-mêmes, car ses lois sont impersonnelles et opératoires. Dans certains récits bibliques, imitant en cela ceux du Proche-Orient ancien, nous ass...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.