Ce livre signé de l'historien Alain Corbin n'est pas un ouvrage spirituel, mais il est précieux pour tous ceux qui s'occupent de vie spirituelle et plus particulièrement pour ceux qui ont la charge d'en accompagner la croissance chez les autres. Distribué en neuf chapitres, ce livre rend attentif aux espaces et moments de silence en nous : besoin de sortir du bruit, rôle de la chambre où l'on se souvient, où on lit, médite, pense, revient sur soi, autant d'actions qui requièrent le silence. De Bossuet à Jacottet, en passant par Chateaubriand, Newman ou Maeterlinck, la littérature est ici abondamment convoquée pour illustrer et souligner l'importance de ces espaces de silence et leur valeur éducative. Mais aussi la peinture, qui peut « prêcher par le silence », comme le notait l'abbé de Rancé, le fondateur de La Trappe. Du silence jaillissent la parole et la création, l'œuvre ou le service qui nous transforment. Il est une école de prudence, d'écoute et de construction de la relation. Mais il peut aussi être lourd de haine, de rupture, d'intentions mauvaises, de destruction et de mort. On goûtera particulièrement les chapitres sur « les quêtes du silence » et « la parole du silence », liés par un « interlude » sur « Joseph et Nazareth, ou l'absolu du silence », chapitres qui renvoient au silence comme lieu où Dieu se cache et s'approche. Au moment où on redécouvre les bienfaits du silence et de la méditation, voici un livre qui permet de discerner et de nommer les silences que nous vivons, et qui surtout nous en découvre l'ampleur et l'attrait.