Luc Ruedin s.j. Centre spirituel Notre Dame de la Route (Fribourg). Une première version de cet article a paru dans Choisir, n° 622, octobre 2011. Dernier article paru dans Christus : « Auprès des oubliés de la terre » (n° 230, avril 2011).
 
« Tout hommage est boiteux. Tout éloge trahit. » Georges Haldas
 
De père grec et de mère suisse, Georges Haldas, né le 14 août 1917 à Genève où il a vécu la majeure partie de sa vie, est décédé le 24 octobre 2010 à Lausanne. Marqué par les interrogations métaphysiques de son père et par l’attention aux petites choses de sa mère, il alliera en une synthèse créatrice ces deux mondes. À l’Université, Albert Béguin lui fait découvrir l’univers poétique. Traducteur, poète, essayiste, chroniqueur, Haldas est avant tout un homme de la fraternité obscure. Il la trouve dans les cafés, lieu d’inspiration et d’écriture de son oeuvre. Distant des cénacles littéraires, il se veut peintre attentif de la vie des petites gens pour en révéler l’extraordinaire densité. Sa disposition constante à traduire en termes accessibles le tragique et la beauté de la vie en fait un témoin authentique de la condition humaine. Par son style moulé sur le langage parlé, l’épaisseur de son dit et la vérité de son vécu, il instaure une connivence avec son lecteur. L’initiant à ce royaume du silence obscur où tout se trame, il se veut un passeur vers les profondeurs de l’âme humaine. Autant que sa poésie, sa prose, refusant l’hermétisme comme le spiritualisme, est incarnée. Baptisé orthodoxe, éduqué dans le protestantisme, converti pour l’amour d’une belle à la foi catholique, Georges Haldas se démarque, au nom de la solidarité sociale et révolutionnaire, de l’Institution trop compromise, à ses yeux, avec les puissants. En marge, il n’en poursuit pas moins pendant plus de soixante ans un chemin poétique marqué par son tempérament de feu. Admirateur de Bernanos et des littératures russe et espagnole, Haldas aimait scruter la Bible. Scribe de l’essentiel, écrivain à l’éloquence terrienne et à la sensibilité mystique, poète-métaphysicien du sensible et berger de l’Être au quotidien, il est considéré comme un auteur majeur en Suisse et au-delà 1. Ses dernières années avaient aiguisé en lui le sens christique de l’existence 2.
 

L’état de poésie

Vivre en état de poésie, c’est consentir à l’insaisissable. Haldas l’approche par circonvolutions en faisant appel à toutes les sphères de son être. Disponible et attentif aux petites choses de la vie en ce qu’elles révèlent l’essentiel, il vit en laboureur de l’être : « Rien n’est étranger à l’état de poésie. Qui relie toutes choses et les moindres, au centre, à l’essentiel, aux fondements. Un brin d’herbe. Un souffle dans les feuillages et c’est toute la création, dans sa part visible et invisible, qui est soudain présente, et frémit » 3. Il relie ainsi ce qui semble s...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.