Groupe Pilote de l’association Maurice-Giuliani. Cet article est initialement paru dans le bulletin de l’association
Maurice-Giuliani (n° 80, décembre 2016). Nous remercions l’association de nous avoir autorisés à le reproduire ici.

 

En forme d’hommage à Maurice Giuliani, cet article montre la fécondité de son intuition: donner la possibilité de vivre la dynamique des Exercices spirituels en dehors du cadre strict de la retraite des trente jours, pour vivre les « Exercices dans la vie ».

L'histoire des « Exercices spirituels dans la vie »1, dont Maurice Giuliani a été l’initiateur, a commencé sans doute bien avant la date officielle de 1977, date de dépôt des statuts de l’association. Peut-être est-il possible même d’en trouver la toute première origine lorsque, avant la création de Christus, il était allé en Espagne apprendre l’espagnol. Il voulait revenir aux textes originaux (revenir aux sources lui semblait indispensable) et, par-là, retrouver l’inspiration première d’Ignace et de sa pensée. Il s’était alors trouvé, disait-il, « plongé dans un océan » !

Fruit d'une longue maturation

Maurice Giuliani était un pédagogue né, et reconnu comme tel par ses pairs. Mais la pédagogie qu’il a développée par la suite est aussi le fruit de la longue maturation en lui de ce travail sur les écrits d’Ignace. Déjà, en 1958, s’adressant à la Curie – il était alors question des Exercices spirituels fermés –, il avait souligné combien cette méthode d’exercices avait été bien loin d’être comprise, même du vivant de saint Ignace… Et, disait-il, « il y avait là une méthode originale, stricte et qu’il fallait observer dans son ensemble, passivement ». Nous y reviendrons d’ailleurs s’agissant des « Exercices dans la vie courante »

Cette même pédagogie trouve également son origine dans sa longue expérience d’accompagnateur, en même temps qu’elle correspondait à une attente nouvelle des années post-conciliaires. C’est ainsi qu’il écrivait, dans le bulletin numéro 40 de l’association, à propos des vingt ans de celle-ci :

"Nous étions animés du désir de consacrer une partie de nos forces à donner les Exercices sous une forme nouvelle, du moins nouvelle en France. Nous ne cherchions pas du tout à appliquer...


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.