Qui n’a entendu ou chanté en diverses occasions le refrain « En todo amar y servir » : jeunes réunis pour l’eucharistie, retraitants rassemblés pour une prière commune, chant final de la messe, etc. ? Il arrive même que ce refrain soit lancé au début d’un repas. Mais, parmi ces chanteurs, qui connaît le chemin qui a conduit Ignace de Loyola à formuler, en les réunissant, ces deux dimensions de la vie humaine : l’amour et le service ? Nous en lisons en effet fréquemment la mention dans ses écrits, sous des expressions variées : « Aimer et servir en tout Dieu notre Seigneur » 1, « L’amour dans les actes plus que dans les paroles » (Ex. sp., 230), « Chercher Dieu en toutes choses et toutes choses en lui » 2, « Dieu cherche en vous [...] la volonté sincère de le servir et de servir ainsi le prochain »3, etc.
 

Un chemin simple

Ce chemin de l’amour et du service est pourtant fort simple. N’estil pas vécu par bien des gens en de multiples occasions ? Couples et parents, portés par leur amour mutuel et l’amour des enfants, font quotidiennement de leur vie un service : service du conjoint, service de la famille. Ce qui se vit au foyer s’ouvre également à d’autres et permet une mise en oeuvre toute naturelle et parfois très large de ce qu’Ignace a cherché à formuler.
Les premières pages du Nouveau Testament nous ont présenté Marie, dans le mystère de l’Annonciation et de la Visitation.
Lorsqu’elle a perçu l’initiative divine, Marie se reconnaît aussitôt « servante du Seigneur », puis, au lieu de se replier sur elle-même, elle se lève et part rapidement chez sa parente, enceinte elle aussi, afin de l’associer à sa joie et, sans doute, de lui apporter son aide. Il en ira de même pour les premiers disciples : un simple appel de Jésus les a décidés à le suivre ; surgit ainsi une amitié qui ira croissante jusqu’à préférer le Christ à leur profession, à leur famille parfois, à leur vie pour la plupart et cet amour s’exprimera plus tard dans le service des Églises naissantes. « Aimer et servir… »
 
1. Exercices spirituels (désormais Ex. sp.), 363, dans Ignace de Loyola, Écrits, Desclée de Brouwer, coll. « Christus », 1991. Tous les textes ignatiens cités dans cet article se trouvent dans cette édition.
2. Constitutions, 288, op. cit., p. 465.
3. Lettre 4020, du 30 décembre 1553, op. cit., p. 861.
 

L’apport de saint Ignace

D’où procède le soin apporté par Ignace à l’explicitation du lien entre amour et service ? Dans quel but y revient-il si fréquemment, sous une forme ou l’autre ?
Ignace – le récit de sa vie le révèle 4 – était un homme de passion mais cherchait aussi la liberté. Sa pugnacité à Pampelune, l’ardeur résolue mise à vouloir suivre le Christ découvert pendant sa convalescen...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.