L’actualité n’en finit pas de juxtaposer des guerres, des désespérances, les effets du chômage et du mal vivre, sans qu’en soit donnée une interprétation, au-delà des multiples causes que savent relever les sociologues et les administrations. L’auteur veut montrer que l’on peut chercher une clé d’analyse du côté de la quête de l’identité.

Un jeune qui ne réussit pas à quitter père et mère, pour s’engager personnellement dans la vie, éprouve qu’une grande violence lui est faite ; il va la signifier de bien des manières. Des citoyens qui renoncent à leur conscience au profit d’un dirigeant totalitaire s’enfoncent dans une violence à l’interne – annihilation de toute opposition – et à l’externe – contre les pays environnants.

Ne sommes-nous pas aujourd’hui – avec les migrations, les interrogations sur le mariage, les crises financières, le chômage – dans une vaste crise d’identité qui génère des violences multiformes ?

Pour développer cette ligne d’interprétation, l’auteur déploie deux dynamiques. L’une biblique, en relisant quelques textes des origines ; l’autre cinématographique, en montrant comment des cinéastes comprennent le mal vivre. La convergence de ces deux approches ouvre de larges horizons.

On est loin des interprétations sociologiques ou psychologiques, ou encore politiques. La question de l’identité touche à la représentation que l’on se fait de soi, des autres, du monde et de Dieu. Elle est dérangeante car elle vient dénoncer les idoles qui enferment dans la jalousie et le mensonge. Il s’agit donc, en définitive, de se convertir, de ne pas se laisser manipuler par les pensées dominantes. Au massacre de Juifs par Pilate, à la mort de passants due à la chute d’une tour, il n’y a pas à imaginer quelque punition infligée par un Grand Horloger ; tous sont appelés à se convertir (Lc 13,1-5). Le fondement de la crise est spirituel : quel Esprit nous inspire ? Osons-nous grandir en intériorité, en présence à l’Autre et aux autres, pour que soient asséchées les sources de violence ?

Un dernier chapitre sur les rapports entre César – la vie en commun, le politique – et Dieu vient heureusement conclure cet ouvrage suggestif : qu’y a-t-il à rendre, à donner à l’un et à l’autre ?

Bruno Régent