Depuis quarante ans, des sœurs du carmel Saint-Joseph sont installées à Saint-Guilhem-le-Désert, près de Montpellier. Au cœur de la paroisse Saint-Benoît-Val-d'Érau, elles se consacrent à la prière, à l'accueil et à la rencontre, portées par le désir d'être une présence spirituelle auprès des paroissiens.

Implantée dans les gorges de l'Hérault, à une heure de route de Montpellier, dans un site désert, à la nature sauvage et magnifique, l'abbaye de Gellone, joyau de l'art roman languedocien, est classée au patrimoine mondial de l'Unesco. La présence des moines depuis le IXsiècle imprègne le village d'une ambiance particulière. Guilhem, comte de Toulouse et cousin de Charlemagne, y vécut quelques années au IXsiècle, dans le quotidien d'une vie bénédictine, à l'écoute de la Parole et au service de ses frères.

Sa Parole dans nos paroles

Cette présence religieuse s'est éteinte à la Révolution pour renaître en 1978, avec la venue de trois de nos sœurs du carmel Saint-Joseph. Depuis quarante ans, notre communauté se caractérise par une vie consacrée à la prière, à l'accueil et à la rencontre. Nous désirons être une présence spirituelle au cœur du village, comme au cœur de la paroisse Saint-Benoît-Val-d'Érau, du diocèse de Montpellier.

La mission du Carmel prend sa source dans la prière. Ainsi, nous faisons monter vers Dieu, dans cette grande abbatiale, le cri des hommes durant l'oraison silencieuse et les offices de la liturgie des heures. L'hymne d'André Gouzes « Que ma prière s'élève comme l'encens devant toi » ouvre la prière des vêpres où, dès notre arrivée, des paroissiens mais aussi des villageois nous ont rejoints.

Ce n'est pas le nombre de personnes qui nous interpelle mais leur constance et leur fidélité. Josette, une des villageoises, l'exprime ainsi : « Merci pour votre présence qui nous aide à prier et nous accompagne pour écouter la voix du Seigneur. » Le compagnonnage de ces laïcs devient un véritable soutien pour persévérer dans la prière et « tenir devant Dieu pour tous » (sainte Édith Stein). Il nous oblige à écouter la soif spirituelle des hommes d'aujourd'hui et nous renvoie à notre propre soif en accentuant le désir de dire « l'immense tendresse de Dieu » (Règle de vie du carmel Saint-Joseph).

Implantée au cœur du village, au cœur du monde, l...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.