La question n’est plus de savoir si nous sommes ou non connectés mais jusqu’où désire-t-on l’être et surtout comment. L’espace numérique, comme tout milieu, possède ses règles et ses codes pour tout échange d’information. Comment éduquer ma parole et mon comportement dans ce monde connecté ? Quelle parole écouter, offrir ou partager ? Quelles règles y pratiquer et, à travers elles, quelle communauté humaine je désire contribuer à construire ? Tels seront les points que nous tenterons d’aborder dans ces lignes.

__Un espace de vie

Chaque jour, les Français passent en moyenne cinq heures sur internet dont une heure et demie [1] sur les réseaux sociaux. Cette vie se déroule dans un nouvel espace qui a ses propres codes et ses propres règles, ses monuments incontournables (Facebook, Youtube, Amazon, Apple, Microsoft…) et ses petites propriétés privées (un blog, le site d’une association…), ses autoroutes pour nous y repérer (Google, Bing et autres moteurs de recherche) et ses bibliothèques (Wikipédia…), ses stades et salles de sport pour jouer ou s’entraîner (les MMORPG [2], les jeux sur les tablettes ou téléphones portables…) et aussi ses lieux de vices (pornographie, incitation à la violence…). Dans ce nouveau lieu de vie, des amitiés se nouent au fil des réseaux sociaux avec ses liens forts (mes vrais amis) et ses liens faibles (mes connaissances), des conseils s’échangent, on y trouve son emploi, on peut même y prier. Peu à peu, et presque silencieusement, notre vie s’est donc ouverte à un nouveau monde, le monde numérique qui s’articule avec le monde physique, deux facettes d’une même expérience : le réel. Ce qui caractérise le plus le monde numérique est sans nul doute le changement dans la notion de proximité qui n’est plus strictement géographique mais d’affinité et d’intérêt. Je peux me sentir plus « proche » d’un habitant à l’autre bout de la planète qu’à mes voisins ou collègues de bureau, ou plus touché par un séisme à 5 000 km qu’à la pauvreté en bas de chez moi. Ceci est en grande partie dû à la capacité dans le monde numérique de tout avoir, à tout moment, partout et pratiquement pour tout le monde [3]. Enfin, ce monde numérique est un espace considéré comme « liquide [4] » : les relations y sont flexibles, précaires, soumises à une évolution continue, et dépourvues de « poteaux indicateurs » stables.
 

Babel 2.0


Le monde numérique est donc un univers en soi mais qui a d’abord été considéré comme un lieu de liberté, où tout était possible, une sorte de nouvelle Babel 2.0 où régneraient la liberté de parole, la communauté et le partage gratuit. Cependant, force est de constater que tout n’est pas si simple. Pour commencer, nous « subissons » ou faisons subir au...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.