Des premières pages de la Bible jusqu'à son apogée avec le Christ dans les évangiles, Dieu se révèle essentiellement telle une parole adressée à l'humanité, espérant une réponse en actes ou en paroles. Voici dessiné le fond de toute expérience spirituelle.

Dans la foi chrétienne, l'expérience spirituelle se vit en relation à Dieu qui se révèle à son peuple dans une parole. La Bible est moins un discours sur Dieu que le témoignage d'une expérience relationnelle entre Dieu et le croyant : parole adressée, parole écoutée. L'expérience spirituelle est relation à l'autre, réponse à la parole reçue. L'originalité du Dieu de la Bible est d'être un Dieu de parole, qui se lie avec l'autre par une parole. Dieu vient à la rencontre de l'être humain, entre en communication avec lui dans un dialogue.

Au commencement

Les premiers chapitres des livres sont significatifs. Ils sont la préface de ce qui va suivre, ils ouvrent pour le lecteur la thématique et la symbolique de l'œuvre. Il en est ainsi de la Bible. Les premiers chapitres de la Genèse en sont le frontispice. Que disent-ils de Dieu, de l'être humain, de leurs relations ? Dans les deux récits de création, dans les deux premiers chapitres, Dieu est sujet d'actions de parole. Genèse 1, grand poème liturgique de la Création, est rythmé par dix paroles (« Dieu dit… ») en sept jours, avec des refrains connus. À la parole de Dieu : « Dieu dit : que la lumière soit », succède sa réalisation : « La lumière fut » et le constat « Dieu vit que la lumière était bonne ». Sont énumérées ensuite les diverses œuvres de Création. La dernière – placée au sommet, le sixième jour – est l'être humain, créé à l'image et à la ressemblance de Dieu. La parole de Dieu est créatrice, elle est la source de toute l'œuvre de la Création. Elle commence une relation avec l'adam créé par Dieu1 et engage une communion qui connaîtra des alternances mais n'a pas de fin : l'alliance est nouvelle et éternelle. À l'être humain, homme et femme, Dieu adresse une parole : « Soyez féconds et prolifiques, remplissez la terre et dominez-la » (Gn 1, 28). Cette première parole adressée, à la forme impérative, requiert une réponse : obéir ou non à cette parole, la mettre en œuvre oui ou non, et comment. L'histoire de la parole entre Dieu et l'humanité est enclenchée par l'ordre d'un faire, avant de se déployer dans un dialogue au fil de l'histoire.


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.