Nous n'avons plus conscience que l'histoire des chrétiens est tout simplement la nôtre et qu'elle est le lieu où se façonne notre identité chrétienne. Il nous faut sans cesse nous la réapproprier pour retrouver le fondement de ce qui nous constitue en communauté.

Depuis que nous sommes enfants, nous aimons qu'on nous raconte des histoires. Combien d'entre nous n'acceptaient de s'endormir le soir que lorsqu'ils avaient écouté la belle histoire que leur racontait leur papa ou leur maman ? Le récit ou l'histoire est pour nous un besoin vital, tout simplement parce que nous-mêmes sommes une petite histoire qui se met progressivement en place, une histoire en construction. Bien entendu, notre histoire ne fait qu'un avec l'histoire de nos proches, et de notre famille d'abord. Dès qu'on nous interroge sur notre identité, ce sont nos relations familiales et l'histoire de notre famille que nous racontons. Plus tard, cette histoire s'étend à celle de notre école, à nos petits copains avec lesquels nous jouons et nous inventons des farces. Ce petit monde qui grandit et s'étend avec nos années est notre histoire, elle est nous-mêmes. Quand nous grandissons et devenons un citoyen ou une citoyenne responsable dans notre pays, nous appartenons à une grande diversité de groupes qui expriment tous un élément de notre identité : un club de sport ou une chorale, un mouvement de jeunes qui contribue à nous conduire à l'âge adulte.

Il en va de même au plan de la foi. Si nous sommes chrétiens, nous appartenons à une grande famille qui s'appelle l'Église, qui a toute une histoire depuis deux mille ans. Cette histoire est la nôtre : nous y trouvons notre identité chrétienne et nous avons sans cesse à nous l'approprier. C'est à partir d'elle que nous pouvons nous dire chrétiens. Elle nous est peut-être devenue étrangère, parce que trop oubliée. Si nous nous interrogeons parfois sur notre identité chrétienne, c'est parce que nous n'avons plus conscience que cette histoire des chrétiens est tout simplement la nôtre et qu'elle est le lieu d'une solidarité fondamentale. Retrouver le chemin de la foi passera sans doute par la redécouverte de notre histoire chrétienne. C'est un petit essai de cela que cet article voudrait proposer en revenant sur les deux premiers temps, véritablement fondateurs, de l'histoire des chrétiens : la création des évangiles, l'histoire des Actes des Apôtres et des lettres de Paul. Nous y ajouterons un événement de notre histoire récente, le concile de Vatican II, au cours duquel notre Église a repris en charge son histoire et s'est comme réconciliée avec elle.


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.