Le mode de vie des sociétés contemporaines semble mettre l'humanité en difficulté dans son rapport au temps. Le repos, l'ennui et le lien communautaire durable semblent quasiment interdits. Et voici réapparaître de nouveaux rituels. Signe d'une nécessité bienfaisante de la répétition ?

Au vu du flot continu et ininterrompu des nouvelles s'affichant jour et nuit sur nos écrans, nos fils d'information, des alertes sur nos téléphones, nous pourrions, tels des Héraclite postmodernes, confesser que « tout s'écoule » (panta rhei). Nul point fixe, nulle répétition dans ce mouvement continuel, si ce n'est l'accueil perpétuel de la nouveauté et du flux des vies qui s'écoulent, instant après instant. Pourtant le diagnostic de notre époque ne serait pas complet sans ajouter l'accélération du mouvement, du flux. Comme l'a bien observé le sociologue et philosophe allemand Hartmut Rosa1, le sujet contemporain est confronté à un manque perpétuel de temps : il doit agir de plus en plus vite pour faire face à l'explosion des choix et des sollicitations apportés par l'accélération des nouveautés techniques et l'accélération des changements sociétaux. Hartmut Rosa voit dans cette accélération une nouvelle forme de l'aliénation humaine, mais d'autres, comme l'ingénieur et inventeur Ray Kurzweil, y voient un signe de la transition vers la singularité2, ce moment où le premier homme abandonnera la lenteur désespérante de notre corps biologique et de notre cerveau pour se transférer dans une machine permettant de penser des millions de fois plus rapidement.

Par-delà les débats sur le futur de l'être humain, aliéné et déshumanisé par les changements techniques ou bien libéré des limites biologiques et transhumanisé par les changements techniques, les transformations actuelles du rapport au temps exigent de s'interroger sur les facteurs d'humanisation et de déshumanisation dans l'expérience du temps. Comment juger des ruptures dans l'écoulement linéaire du temps, par l'arrêt de ses activités ou des activités se reproduisant régulièrement, donnant du rythme et de la circularité au temps ?

Répétition et rite

Le philosophe allemand Byung-Chul Han, observateur et critique vigoureux des mutations des sociétés occidentales, voit dans la répétition et les rituel...


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.