Est-ce une irrévérence que d’aller glaner parmi les Fleurs du mal de Charles Baudelaire (« Harmonies du soir »), dans le dessein de donner matière à quelques réflexions sur l’adoration eucharistique et de leur fournir une amorce inédite ? Si maudit qu’on l’ait par après déclaré ou qu’il se soit cru lui-même, Baudelaire eût-il pu dire cela, si un autre n’avait dit : « Faites ceci en mémoire de moi » (Lc 22,19), et auparavant : « Ceci est mon corps » (Mt 26,26), sans user d’un autre ostensoir, ce soir-là, que de ses propres mains ? Car, dans la religion de Jésus-Christ, la chair même – et toute chair à la suite de celle du Verbe – est consacrée comme ostensoir de Dieu. Parce que Jésus-Christ est pauvre, il ne veut pas d’autre ostensoir que celui-là, et ne souffre les autres qu’à condition qu’ils lui soient relatifs.
Pour « adorer en esprit et en vérité » (Jn 4,23), il nous faut tou­jours vérifier (tant la vie spirituelle est rigoureuse) que la fascina­tion exercée par l’ostensoir de vermeil ne remplace point en nous l’appétit du « pain quotidien » (Mt 6,11), et que l’azyme, confinant à une immatérialité dont nous rêvons si souvent pour nous-même, ne nous fasse oublier la manne, c’est-à-dire la difficile Réalité sur laquelle nous poserons sans cesse des questions : « Qu’est-ce que c’est ? » (Ex 16,15) et qui nous en pose elle-même de si pressantes et de si radicales : « Qui suis-je ? » (Mt 16,15), « Crois-tu ? » (Jn 9,35), « M’aimes-tu ? » (Jn 21,15). Peut-être l’adoration eucharistique n’a-t-elle lieu d’être que pour laisser à toutes ces questions, de part et d’autre, le temps de se poser, le temps de retentir.

Aide-mémoire


Encore ce qui « luit » ici n’est-il pas un simple « souvenir » ému, mais la mémoire vive de la Pâque de Jésus, célébrée en Église. « Souviens-toi de Jésus-Christ, ressuscité d’entre les morts… » (1 Tm 2,8) ; « Éveille-toi… et sur toi luira le Christ » (Ep 5,14). La lumière vient, pour l’Église tout entière et pour chacun de nous, du Mémo­rial (anamnèsis), et l’« ostensoir », la monstrance – autrement dit la « démonstration » par excellence de Jésus-Christ –, n’est autre que cette « fraction du pain » (Lc 24,35 ; Ac 2,42) que nous faisons, s’il se peut dire, « de mémoire », ou plutôt qu’il ne cesse de faire lui-même par nos mains, puisque aussi bien ce n’est pas seulement l’espace de « quarante jours » qu’il « donne des preuves et se montre vivant après sa passion » (Ac 1,3), mais « tous les jours » (Mt 28,20), mais « aujourd’hui » (Mt 6,11) et « jusqu’à ce qu’il vienne » (1 Co 11,26). Le Ressuscité advient (parousia : Mt 24,3 ; 1 Th 2,19 ; 2 P 1,16) et apparaît dans la « mémoire » que nous avons, que nous faisons de lui, ou encore, pour le dire de manière synthétique en usant de deux termes exprès du Nouveau Testam...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.