Quatre jeunes de « la Plateforme & Co », une proposition de la pastorale des jeunes adultes de l'église Saint-Ignace à Paris, se sont réunis pour partager autour du texte préparatoire au prochain Synode sur la jeunesse.

La parole est donnée à quatre jeunes de « la Plateforme & Co »1. Ensemble, Florence Procureur, Pedro Mecê, Guillemette Choquet et Valentine Rinner ont partagé autour des Lineamenta, ou texte préparatoire, au Synode des évêques sur la jeunesse intitulé : « Les jeunes, la foi et le discernement des vocations ». Après avoir choisi ensemble quatre questions que ce document suscitait en eux, chacun y a répondu, à sa manière.

Une extraordinaire nouvelle

Quelle bonne nouvelle ce document nous semble-t-il apporter ?

Florence Procureur : J'ai d'abord été frappée par l'insistance sur le mot « joie » qui apparaît dès la citation d'ouverture des Lineamenta : « Je vous dis cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit complète. » (Jn 15,11). Ce mot m'avait même semblé incongru, comme si la joie n'avait pas sa place au quotidien. Comme si elle était trop simple pour qu'on la prenne au sérieux, trop intime pour être exprimée devant tous, trop pure pour ne pas déranger ou interroger. Au quotidien, on parle beaucoup du plaisir apporté par une expérience (voyage, sport, etc.) mais la joie que l'on éprouve est rarement exprimée.

Partant de ce premier étonnement, ce document me paraît apporter deux heureuses nouvelles :

– La première, que chaque être humain, et donc chaque jeune sans exception, a une vocation à la joie et à l'amour en plénitude. Personne n'est laissé au bord de la route par Dieu. Nous sommes appelés à « prendre conscience du projet d'amour passionné que Dieu a pour chacun »


La lecture de cet article est réservée aux abonnés.