De nombreuses crises (écologiques, économiques et politiques) secouent le monde aujourd'hui. Face à cela, nous faisons le plus souvent l'expérience d'une impuissance qui vient heurter de plein fouet notre désir de puissance. Par ailleurs, nous allons bientôt être sollicités pour voter et, par là, contribuer à la vie de la Cité en prenant place dans le « jeu » collectif. Nous sommes parfois tentés de situer notre capacité à agir dans une alternative stérile entre un « je peux tout » et un « je ne peux rien ». C'est omettre que nous avons un pouvoir d'action au cœur de ce qui s'impose à nous, un espace de liberté.

Il nous faut éviter deux écueils : le premier serait de tomber dans l'illusion d'une toute-puissance collective ou individuelle. Collective quand elle prend corps dans les potentialités que nous ouvre le sentiment de tout contrôler, par le seul pouvoir de la raison, de la technique, de l'économie, de la politique… au risque de provoquer de graves crises, écologiques notamment. Individuelle quand nous imaginons tout pouvoir, par la seule force de notre propre volonté, de notre résistance physique ou de notre position dans la société. Le second écueil serait de sombrer dans une désespérance paralysante, poussant au repli sur soi et à l'inaction, jusqu'à ne chercher que le confort d'un cocon : ma famille, mon pays, ma vie, ma religion, quitte à me fermer à l'autre qui est alors envisagé comme une menace.

Toute-puissance ou impuissance nous font sortir de la vérité en actionnant en nous les ressorts de l'orgueil ou de la fausse humilité. Mais alors, que pouvons-nous réellement faire ? Qu'est-ce qui relève de nous et de notre champ d'action ?

À travers analyses, témoignages, récits bibliques et expériences spirituelles, le chemin proposé dans ce numéro est celui de la force et du courage pour accepter ce que nous ne pouvons pas changer et entreprendre de changer ce qui relève de nous, mais aussi de la sagesse qui permet de discerner entre les deux. Ce chemin nous entraîne à un double retournement : faire l'expérience d'une puissance « convertie » en humble action quotidienne et accueillir une autre puissance, celle de la démaîtrise, que Dieu donne avec la sagesse de son Esprit.