La vie de Chiara Lubich 1 se confond avec le Mouvement des Focolari — ou « œuvre de Marie » — qu'elle a fondé il y a juste soixante ans. Paradoxalement assez peu connu en France, le Mouvement des Focolari est sans doute un des mouvements les plus originaux et prometteurs nés dans l'Église du XXe siècle. Pour le comprendre, nous commencerons par souligner trois traits spécifiques, et particulièrement étonnants, du Mouvement des Focolari. Puis, après avoir exposé la spiritualité et la vie de Chiara Lubich, nous essaierons de pointer quels défis attendent encore la fondatrice et son Mouvement.


Les paradoxes du Mouvement


D'un côté, avec plus de 80000 membres répartis en plus de 182 pays, les Focolari sont clairement un « mouvement de masse ». Surtout si l'on tient compte des divers rassemblements (Mariapolis) ou de la pratique de la « Parole de vie » (un extrait de l'Écriture, le plus souvent du Nouveau Testament, commenté et vécu pendant un mois) qui touche près d'un million de personnes dans le monde. D'un autre côté, les Focolari mènent une vie communautaire exigeante. Le Focolare, qui est un peu l'âme du Mouvement, réunit, par communautés de trois à huit personnes, des célibataires — auxquels s'agrègent des personnes mariées — faisant les trois vœux de tout engagement religieux. Faire tenir ensemble mouvement de masse et radicalisme évangélique est le premier paradoxe du Mouvement des Focolari. Autre originalité : le Mouvement est statutairement présidé par une femme. Aujourd'hui, la fondatrice tient les rênes de cette œuvre à la fois classique et profondément nouvelle, et ce sera demain une autre femme qui sera élue pour lui succéder. Dans une Église dont la hiérarchie est encore largement masculine, le fait est à noter. Il y a plus : dans ce Mouvement où les formes d'engagement sont multiples, on trouve aussi bien des prêtres, des religieux et des religieuses de toutes congrégations qu'un certain nombre d'évêques. Le deuxième paradoxe réside autant dans le caractère englobant du Mouvement que dans le visage résolument féminin qu'il présente.
Troisième caractéristique : sur les 80000 membres du Mouvement, on compte 50000 chrétiens de toutes confessions et 30000 personnes d'autres religions. Les chrétiens, sans nier leurs différences confessionnelles, pratiquent un œcuménisme de la vie et de l'action qui réduit à néant incompréhensions ou dissensions. Mais le plus étonnant est la présence active de croyants d'autres religions et même d'agnostiques. Ceux-ci partagent la vie et la spiritualité du Mouvement à égalité avec tous. Pourtant, les Focolari ne pratiquent pas un vague syncrétisme : il s'agit d'une œuvre d'Église dont les statuts, jusque dans cette présence « étrangère » (qui comprend presque 50 % de ses membres !), ont été approuvés par le Saint-Siège.


La spiritualité de Chiara Lubich


La spiritualité des Focolari, qui place en son centre l'aspiration à l'unité, s...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.