Se recueillir est devenu vital Emporté par le tourbillon du monde, dispersé par ses multiples activités, happé par l'exigence du « nu-présent » 1, l'homme est à la recherche de lui-même. Faire l'unité de sa vie, sans même avoir d'exigence spirituelle, lui intime de se retirer du bruit et de la fureur du monde. Qui ne peut se recueillir court à l'épuisement. Individualistes et pragmatiques, nos contemporains cherchent des voies. Multiples, elles s'offrent à eux. Entre la valse des émotions et le tango de la raison, la liturgie du recueillement leur offre l'unification désirée Pressentant les vastes palais de l'intériorité, ils expérimentent des méthodes. Sur le marché du religieux, les propositions sont légion. Comment discerner, parmi les démarches de développement personnel, les techniques inspirées des grandes traditions religieuses et les nouvelles spiritualités, celles qui conduisent au recueillement ?

Intériorité ou spiritualité ?


Distinguons, pour éviter toute confusion, la nécessaire mise en oeuvre d'une méthode du don de se recueillir, indissociable de la grâce d'eue accueilli. La distinction de l'ascèse et de la mystique permet de différencier le monde de l'intériorité de celui de la spiritualité. Si le second s'inscrit dans le premier, il ne s'y réduit pas. A la simple immanence d'une recherche de soi ou du Soi répond la Transcendance qui la fonde et la dépasse. Seul Celui qui a tiré la créature du néant et lui demeure présent d'une présence d'immensité peut aussi se révéler à elle « intenor intimo meo ».
L'expérience spirituelle authentique engage alors celui qui a été touché au plus intime à s'exercer pour se disposer à Celui qui l'appelle. Elle modifie aussi, par ses interruptions heureuses, le chemin du commençant qui persévère dans son désir de recueillement. Se disposer à Celui qui appelle incline à vivre toujours plus l'unification de son eue. Qu'elle advienne en ce lieu sans lieu que la tradition spirituelle nomme le « coeur », le « fond » ou le « centre de l'âme » importe peu ici. Elle nécessite en tous les cas une mise en rapport du corps et du mental. Qu'il nous suffise de rappeler l'addition n° 76 des Exercices spirituels. Ignace y observe que la juste position du corps aide à trouver ce que l'on cherche.
Les méthodes que nous évoquerons sont principalement tributaires de la tradition des Pères du désert et de l'hésychasme. Nous discernerons aussi, parmi les voies proposées par l'Orient non chrétien, celles qui peuvent favoriser le recueillement de celui qui cherche Dieu.
 

Entreprendre


La grande tradition spirituelle trace une voie royale avec des jalons précis pour nous repérer dans la jungle des méthodes proposées sur le marché religieux. Elle ne cache ni les vallées, ni les déserts, ni les abîmes. Toujours elle indique les passages clés que l'âme doit négocier pour accéd...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.