Devant l’avenir, en général, les jeunes ont « bon espoir ». C’est ainsi que les caractérisait Aristote, et c’est pour cela, ajoutait-il, qu’il est difficile de leur enseigner la philosophie morale. D’entrée, le « bon espoir », l’« insouciance », une certaine « naïveté » devant l’avenir, allant de pair avec une authentique générosité, semblent former le « portrait-robot » de la jeunesse (et pas seulement celui du temps d’Aristote). C’est particulièrement vrai des jeunes des milieux favorisés que l’on rencontre au sein des différents réseaux ignatiens, mais aussi, me semble-t-il, des jeunes en général ; même si, dans un monde interconnecté, beaucoup sont conscients des difficultés objectives qu’ils rencontreront pour bien vivre.
 

Le désir d’être aimé


Bien sûr, il faut compléter cette première esquisse par d’autres traits plus critiques et moins flatteurs communément rapportés au sujet des jeunes de notre temps :
• Ils manquent d’intérêt pour les autres et pour ce qui se passe dans la société ; ce à quoi ils sont encouragés, il est vrai, par l’individualisme ambiant.
• Ils reconnaissent qu’ils sont centrés sur eux-mêmes et leur petite tribu, via ordinateur, « chat », télévision, téléphone portable.
• Ils se définissent eux-mêmes comme la génération de « l’orgasme inachevé », qui cherche la satisfaction sans jamais la trouver, parce qu’ils zappent sans cesse d’un centre d’intérêt à un autre.
• Ils ont besoin de la protection de leurs parents, tout en voulant être indépendants. Ils se veulent « indépendants », sans être assez « autonomes ».
• Leurs passions sont éphémères et superficielles.
• Ils sont connectés en permanence et en un sens condamnés à la réussite, mais la nature de cette « réussite » fait rarement l’enjeu d’un questionnement.

L’exemple d’Ignace

Au fond, si les jeunes d’aujourd’hui ont « bon espoir », c’est qu’ils oublient qu’ils sont mortels. Ignace aussi voulait briller par l’exercice des armes, en oubliant qu’il pouvait y laisser sa vie avant terme ; et il voulait « séduire » par des pièces de vers la dame imaginaire de haute condition pour en être aimé et admiré. Il a même essayé de « séduire » Dieu par ses exploits ascétiques. Aimer et être aimé, n’est-ce pas le désir naturel de tout homme ? Mais l’expérience spirituelle d’Ignace, que le Seigneur lui a enseignée à Manrèse « comme un Maître d’école enseigne un enfant », nous indique le chemin d’une conversion, d’un passage : du désir d’être aimé – désir légitime, originel et « naturel », mais encore trop narcissique – à une volonté de servir, c’est-à-dire d’aimer en retour.
C’est ainsi que l’on pourrait récapituler le chemin vécu par Ignace depuis sa jeunesse jusqu’à son âge mûr, un chemin qui se trouve en filigrane dans ses Exercices spirituels et qui s’achève ave...
La lecture de cet article est réservée aux abonnés.
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour poster des commentaires.